5 manières d'aider son enfant primo-accédant

Retour
Partager l’article
5 manières d'aider son enfant primo-accédant

Vente : 5 manières d'aider son enfant primo-accédant

De nombreuses questions se posent lorsque son enfant souhaite acquérir son premier bien immobilier... Voici 5 astuces pour l’aider à se constituer un apport ou à solidifier son dossier de demande de prêt.

1. Effectuer une donation à l’égard de son enfant
La plus simple et la plus directe des démarches consiste à lui faire une donation. Une somme d’argent qui, en vue de son achat, lui permettra de se constituer un apport. La donation est encadrée légalement :- En étant âgé de moins de 80 ans et pour un enfant est majeur, jusqu’à 31 865 € de dons sont non imposables.- Chaque parent a la possibilité de donner jusqu’à 100 000 € tous les 15 ans. Au-delà, des droits de donation seront taxés.



2. Consentir à un prêt familial encadré contrat
Pour aider son enfant sans nécessairement lui accorder une certaine somme, il est possible d'opter pour un emprunt familial. A l'inverse de la donation, l'enfant devra rembourser ce qui lui a été prêté grâce à cet acte qui est donc par conséquent encadré par un contrat. L'intérêt principal étant de ne pas passer par une banque qui prendrait des intérêt sur l'emprunt contracté. Dans le contrat doivent être indiqués, le montant, délai de remboursement, montant des mensualités, éventuel taux d’intérêt, etc..

3. Acheter en commun via l’indivision ou la SCI
Il est possible d'aider son enfant en prévoyant d'acheter en commun via l'un ou l'autre de ces deux systèmes :La SCI : chacun détient des parts de cette société et où un gérant doit être nommé. L'enfant pourra également racheter la totalité des parts afin de devenir propriétaire à 100 % du bien. L’achat en indivision : chacun apporte une certaine somme et devient propriétaire à hauteur de cet apport. L'enfant pourra également racheter les parts afin de devenir l’unique propriétaire du bien.

4. Renoncer à un héritage pour le transmettre à l'enfant
Pour donner un coup de pouce à son enfant sans avoir à puiser dans le patrimoine personnel, décider de renoncer à un héritage afin de laisser son enfant en être le bénéficiaire permet de constituer un apport pour son achat.

5. Se porter caution pour sécuriser l'achat
Se porter caution au moment de l’achat, engagera le parent à régler les mensualités de remboursement du prêt de l'enfant si ce dernier est défaillant. Il faut retenir qu’il s’agit d’un engagement définitif avant de sauter le pas et qu'il sera obligatoire de pallier d'éventuelles difficultés. De plus, dans l'impossibilité de se substituer à son enfant en honorant ses mensualités, la banque pourra alors vendre ou hypothéquer le bien du ou des parents défaillants.

Vous souhaitez 
vendre à Paris ou environs ?

Contactez-nous

Publié le 20/10/2021 par
Andy LECUYER

ENVIE DE NOUS SUIVRE
sur les réseaux sociaux ?

LE RESPECT DE VOTRE VIE PRIVÉE EST UNE PRIORITÉ POUR NOUS
Nous utilisons des cookies afin de vous offrir une expérience optimale et une communication pertinente sur notre site. Grace à ces technologies, nous pouvons vous proposer du contenu en rapport avec vos centres d'intérêt. Ils nous permettent également d'améliorer la qualité de nos services et la convivialité de notre site internet. Nous utiliserons uniquement les données personnelles pour lesquelles vous avez donné votre accord. Vous pouvez les modifier à n'importe quel moment via la rubrique ″Gérer les cookies″ en bas de notre site, à l'exception des cookies essentiels à son fonctionnement. Pour plus d'informations sur vos données personnelles, veuillez consulter .
Tout accepter
Tout refuser
Personnaliser